Mariage technologique pour les ICI : un pas de plus vers le zéro déchet

 - Conférences

De plus en plus, les industries, les commerces et les institutions (ICI) subissent des pressions gouvernementales pour optimiser la gestion de leurs matières résiduelles. Considérant le fait que les matières organiques ne devront plus être éliminées dès 2020, les ICI générateurs de ces matières se doivent d’agir très rapidement pour rester dans la course et trouver des moyens innovants pour les réutiliser, les recycler ou les valoriser. Voici comment un mariage technologique peut constituer une solution complète pour les matières organiques, tout en étant rentable.

D’un côté, les déshydrateurs thermiques

En termes de traitement des matières organiques in situ, les déshydrateurs thermiques constituent une option très intéressante. En débarrassant les déchets organiques de leur eau, ces équipements permettent de réduire la masse et le volume de la matière de plus de 75%, diminuant ainsi significativement les coûts de transport et de disposition. De plus, le procédé accepte tous les déchets organiques et produit une matière stabilisée, sans agents pathogènes et riche en nutriments. Finalement, les équipements sont simples d’utilisation et ne dégagent pas d’odeurs nauséabondes.

Jean-Sébastien Voghel, Directeur du développement secteur environnement chez J.Y. Voghel Inc., présentera justement ce type d’équipement lors d’une conférence à Americana dans la session « Tri et traitement en matières résiduelles : innovons ! » le 28 mars 2019 à 8 h 30 au Palais des congrès de Montréal.

De l’autre, les toits verts

Les toits verts ont bonne réputation et c’est mérité. En plus d’avoir un impact esthétique positif et d’offrir une meilleure qualité de vie aux occupants du bâtiment qu’ils coiffent, ils procurent des avantages tant écologiques qu’économiques. En rafale, les toitures végétalisées :

  • produisent de l’oxygène;
  • filtrent les polluants dans l’air;
  • diminuent les problématiques liées aux îlots de chaleur;
  • ralentissent le ruissellement au sol en retenant l’eau de pluie;
  • augmentent la durée de vie de la toiture;
  • contribuent à l’efficacité énergétique du bâtiment;
  • et peuvent servir de jardin local.

Alors, pourquoi n’y en a-t-il pas plus au Québec? Principalement parce qu’ils coûtent plus cher à l’installation. Par conséquent, c’est une solution plus facilement accessible aux bâtiments institutionnels, commerciaux et industriels, qui constituent justement le sujet de cet article.

1+1=3

Le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de Lanaudière sert quotidiennement quelque 2 157 repas. Par conséquent, les restes alimentaires de la préparation et de la consommation de ces repas constituent d’importantes quantités de déchets organiques. Dans le but d’optimiser la gestion de ces déchets, le CISSS de Lanaudière a implanté, en partenariat avec l’entreprise LiveRoof Québec, un déshydrateur thermique ainsi qu’un toit végétalisé. En intégrant la matière organique déshydratée au substrat du toit vert, le traitement de la matière se fait à 100% sur place. Ainsi, le transport émetteur de GES est complètement évité et la matière est définitivement détournée de l’enfouissement. Voilà ce que peuvent accomplir les ICI lorsqu’elles passent à l’action!

Martin Marion, PDG de LiveRoof Québec, ainsi que Samuel Babineau, Chef de service de l’entretien et du fonctionnement des installations matérielles du CISSS de Lanaudière, seront tous deux  conférenciers à Americana dans la session « GMR : les ICI passent à l’action! » le 28 mars 2019 à 8 h 30 au Palais des congrès de Montréal.

Comments
  • Avatar
    Elyse Bellerose
    Répondre

    Bonjour
    Génial !
    Pouvez-vous indiquer sur quelles bâtisses du CISSS de Lanaudière que cela est intégré ?
    Merci
    Bonne journée

Laisser un commentaire