Conférences
27 mars
à 14H00 | 520 CF | RECYC-QUÉBEC

Les flux de matières résiduelles au coeur de l’économie circulaire

Présenté par : Chaire de recherche sur la valorisation des matières résiduelles
Modéré par : Robert Legros, Chaire de recherche sur la valorisation des matières résiduelles
Économie verte et circulaire
array(4) {
  [0]=>
  object(WP_Post)#2945 (24) {
    ["ID"]=>
    int(4239)
    ["post_author"]=>
    string(1) "8"
    ["post_date"]=>
    string(19) "2019-01-10 15:26:30"
    ["post_date_gmt"]=>
    string(19) "2019-01-10 20:26:30"
    ["post_content"]=>
    string(1053) "Avec le bannissement de l’enfouissement des matières organiques et l’objectif de réduire de 45% la quantité d’ordures générées, la Ville de Gatineau met en place plusieurs mesures incitatives. Quelles sont ces mesures et comment en mesure-t-on la performance? Cette présentation répond à ces questions et se déroule en deux volets. Le premier volet présente les différentes mesures incitatives qu’il existe et des exemples d’application centrés sur ce que la Ville de Gatineau est en train de mettre en place. Le deuxième volet présente une méthodologie à appliquer afin d’évaluer la performance de l’implantation des mesures incitatives au sein des municipalités. L’objectif de cette présentation est d’illustrer la manière dont la mise en place d’incitatifs peut influencer la génération du flux de matières résiduelles. Au travers de son partenariat avec la CRVMR, la Ville utilise la méthodologie développée pour être en mesure d’évaluer l’efficacité de la mise en place de mesures incitatives."
    ["post_title"]=>
    string(75) "- Les mesures incitatives à Gatineau : comment évaluer leur performance ?"
    ["post_excerpt"]=>
    string(0) ""
    ["post_status"]=>
    string(7) "publish"
    ["comment_status"]=>
    string(6) "closed"
    ["ping_status"]=>
    string(4) "open"
    ["post_password"]=>
    string(0) ""
    ["post_name"]=>
    string(67) "les-mesures-incitatives-a-gatineau-comment-evaluer-leur-performance"
    ["to_ping"]=>
    string(0) ""
    ["pinged"]=>
    string(0) ""
    ["post_modified"]=>
    string(19) "2019-01-27 19:01:43"
    ["post_modified_gmt"]=>
    string(19) "2019-01-28 00:01:43"
    ["post_content_filtered"]=>
    string(0) ""
    ["post_parent"]=>
    int(0)
    ["guid"]=>
    string(56) "https://americana.org/?post_type=conferences&p=4239"
    ["menu_order"]=>
    int(0)
    ["post_type"]=>
    string(11) "conferences"
    ["post_mime_type"]=>
    string(0) ""
    ["comment_count"]=>
    string(1) "0"
    ["filter"]=>
    string(3) "raw"
  }
  [1]=>
  object(WP_Post)#2954 (24) {
    ["ID"]=>
    int(4235)
    ["post_author"]=>
    string(1) "8"
    ["post_date"]=>
    string(19) "2019-01-10 15:25:08"
    ["post_date_gmt"]=>
    string(19) "2019-01-10 20:25:08"
    ["post_content"]=>
    string(803) "Dans le cadre de son PDGMR, la Ville de Montréal veut réduire, dans le contexte spécifique de l’agglomération, les coûts économiques et environnementaux liés à l’exportation des ordures ménagères sur de grandes distances. Cette réduction passe par une diminution des distances de transport des matières en respectant le milieu bâti en fonction de la densité et des types d’habitation. Nous parlerons de l’impact de centraliser le traitement des matières sur l’agglomération de Montréal selon la variation des coûts et des quantités à traitées. Des méthodes pour adapter notre compréhension de la gestion des matières résiduelles d’un territoire en fonction de son bâti et des distances à parcourir, développer en partenariat avec la CRVMR, seront aussi abordées."
    ["post_title"]=>
    string(118) "- Influence des échelles de traitement des matières résiduelles dans le contexte de l’agglomération de Montréal"
    ["post_excerpt"]=>
    string(0) ""
    ["post_status"]=>
    string(7) "publish"
    ["comment_status"]=>
    string(6) "closed"
    ["ping_status"]=>
    string(4) "open"
    ["post_password"]=>
    string(0) ""
    ["post_name"]=>
    string(108) "influence-des-echelles-de-traitement-des-matieres-residuelles-dans-le-contexte-de-lagglomeration-de-montreal"
    ["to_ping"]=>
    string(0) ""
    ["pinged"]=>
    string(0) ""
    ["post_modified"]=>
    string(19) "2019-01-10 15:45:36"
    ["post_modified_gmt"]=>
    string(19) "2019-01-10 20:45:36"
    ["post_content_filtered"]=>
    string(0) ""
    ["post_parent"]=>
    int(0)
    ["guid"]=>
    string(56) "https://americana.org/?post_type=conferences&p=4235"
    ["menu_order"]=>
    int(0)
    ["post_type"]=>
    string(11) "conferences"
    ["post_mime_type"]=>
    string(0) ""
    ["comment_count"]=>
    string(1) "0"
    ["filter"]=>
    string(3) "raw"
  }
  [2]=>
  object(WP_Post)#2953 (24) {
    ["ID"]=>
    int(4231)
    ["post_author"]=>
    string(1) "8"
    ["post_date"]=>
    string(19) "2019-01-10 15:23:19"
    ["post_date_gmt"]=>
    string(19) "2019-01-10 20:23:19"
    ["post_content"]=>
    string(1039) "La Ville de Laval a prévu dans son dernier PGMR la construction d’un centre de biométhanisation qui traitera les boues de ses trois stations d’épuration, en plus du contenu de la collecte des matières organiques résidentielles. Cette dernière, en cours d’implantation, vise la récupération des résidus alimentaires et des résidus verts dans un même bac pour les résidences de 7 logements et moins.

Un tel co-traitement présente souvent plusieurs avantages. Cependant, la forte proportion de résidus verts lors des périodes de pointe pourrait nuire aux performances et à la stabilité du procédé, en plus de modifier les propriétés fertilisantes des granules produites à partir du digestat.

Au travers de son partenariat avec la CRVMR, la Ville a alors évalué quantitativement par simulation numérique les impacts de ces périodes de pointe de résidus verts sur l’opération et les performances du procédé, et sur les propriétés du digestat produit. Elle a dès lors pu dresser plusieurs constats."
    ["post_title"]=>
    string(76) "- La co-digestion des matières organiques à Laval : bénéfices et limites"
    ["post_excerpt"]=>
    string(0) ""
    ["post_status"]=>
    string(7) "publish"
    ["comment_status"]=>
    string(6) "closed"
    ["ping_status"]=>
    string(4) "open"
    ["post_password"]=>
    string(0) ""
    ["post_name"]=>
    string(68) "la-co-digestion-des-matieres-organiques-a-laval-benefices-et-limites"
    ["to_ping"]=>
    string(0) ""
    ["pinged"]=>
    string(0) ""
    ["post_modified"]=>
    string(19) "2019-01-10 15:45:36"
    ["post_modified_gmt"]=>
    string(19) "2019-01-10 20:45:36"
    ["post_content_filtered"]=>
    string(0) ""
    ["post_parent"]=>
    int(0)
    ["guid"]=>
    string(56) "https://americana.org/?post_type=conferences&p=4231"
    ["menu_order"]=>
    int(0)
    ["post_type"]=>
    string(11) "conferences"
    ["post_mime_type"]=>
    string(0) ""
    ["comment_count"]=>
    string(1) "0"
    ["filter"]=>
    string(3) "raw"
  }
  [3]=>
  object(WP_Post)#2952 (24) {
    ["ID"]=>
    int(4226)
    ["post_author"]=>
    string(1) "8"
    ["post_date"]=>
    string(19) "2019-01-10 15:21:31"
    ["post_date_gmt"]=>
    string(19) "2019-01-10 20:21:31"
    ["post_content"]=>
    string(1023) "Au Canada, environ le tiers des matières résiduelles enfouies provient du secteur de la Construction, Rénovation et Démolition (CRD). Il existe actuellement des débouchés pour pour certains CRD tels les résidus issus des travaux de voirie, l’enrobé bitumineux et le métal, dont l’homogénéité facilite le recyclage. Mais qu’en est-il des bâtiments qui comportent une grande variété de matériaux difficiles à séparer les uns des autres ? Quelles sont les limitations des opérations de tri qui sont faites sur ces résidus de CRD provenant des bâtiments ? Quelle autre alternative est disponible quand la valorisation énergétique du bois traité et panneaux de particules est limitée par des contraintes environnementales ? Comment recycler le gypse ? Que peut-on faire des 481 000 t de fraction fine générées annuellement quand le recouvrement journalier n’est plus une option ? Cette présentation est réalisée conjointement avec RECYC-QUÉBEC et tente donc de répondre à ces questions."
    ["post_title"]=>
    string(67) "- Portrait des flux de CRD au Québec : du gisement aux débouchés"
    ["post_excerpt"]=>
    string(0) ""
    ["post_status"]=>
    string(7) "publish"
    ["comment_status"]=>
    string(6) "closed"
    ["ping_status"]=>
    string(4) "open"
    ["post_password"]=>
    string(0) ""
    ["post_name"]=>
    string(60) "portrait-des-flux-de-crd-au-quebec-du-gisement-aux-debouches"
    ["to_ping"]=>
    string(0) ""
    ["pinged"]=>
    string(0) ""
    ["post_modified"]=>
    string(19) "2019-01-10 15:45:36"
    ["post_modified_gmt"]=>
    string(19) "2019-01-10 20:45:36"
    ["post_content_filtered"]=>
    string(0) ""
    ["post_parent"]=>
    int(0)
    ["guid"]=>
    string(56) "https://americana.org/?post_type=conferences&p=4226"
    ["menu_order"]=>
    int(0)
    ["post_type"]=>
    string(11) "conferences"
    ["post_mime_type"]=>
    string(0) ""
    ["comment_count"]=>
    string(1) "0"
    ["filter"]=>
    string(3) "raw"
  }
}

- Les mesures incitatives à Gatineau : comment évaluer leur performance ?

Avec le bannissement de l’enfouissement des matières organiques et l’objectif de réduire de 45% la quantité d’ordures générées, la Ville de Gatineau met en place plusieurs mesures incitatives. Quelles sont ces mesures et comment en mesure-t-on la performance? Cette présentation répond à ces questions et se déroule en deux volets. Le premier volet présente les différentes mesures incitatives qu’il existe et des exemples d’application centrés sur ce que la Ville de Gatineau est en train de mettre en place. Le deuxième volet présente une méthodologie à appliquer afin d’évaluer la performance de l’implantation des mesures incitatives au sein des municipalités. L’objectif de cette présentation est d’illustrer la manière dont la mise en place d’incitatifs peut influencer la génération du flux de matières résiduelles. Au travers de son partenariat avec la CRVMR, la Ville utilise la méthodologie développée pour être en mesure d’évaluer l’efficacité de la mise en place de mesures incitatives.

- Influence des échelles de traitement des matières résiduelles dans le contexte de l’agglomération de Montréal

Dans le cadre de son PDGMR, la Ville de Montréal veut réduire, dans le contexte spécifique de l’agglomération, les coûts économiques et environnementaux liés à l’exportation des ordures ménagères sur de grandes distances. Cette réduction passe par une diminution des distances de transport des matières en respectant le milieu bâti en fonction de la densité et des types d’habitation. Nous parlerons de l’impact de centraliser le traitement des matières sur l’agglomération de Montréal selon la variation des coûts et des quantités à traitées. Des méthodes pour adapter notre compréhension de la gestion des matières résiduelles d’un territoire en fonction de son bâti et des distances à parcourir, développer en partenariat avec la CRVMR, seront aussi abordées.

- La co-digestion des matières organiques à Laval : bénéfices et limites

La Ville de Laval a prévu dans son dernier PGMR la construction d’un centre de biométhanisation qui traitera les boues de ses trois stations d’épuration, en plus du contenu de la collecte des matières organiques résidentielles. Cette dernière, en cours d’implantation, vise la récupération des résidus alimentaires et des résidus verts dans un même bac pour les résidences de 7 logements et moins.Un tel co-traitement présente souvent plusieurs avantages. Cependant, la forte proportion de résidus verts lors des périodes de pointe pourrait nuire aux performances et à la stabilité du procédé, en plus de modifier les propriétés fertilisantes des granules produites à partir du digestat.Au travers de son partenariat avec la CRVMR, la Ville a alors évalué quantitativement par simulation numérique les impacts de ces périodes de pointe de résidus verts sur l’opération et les performances du procédé, et sur les propriétés du digestat produit. Elle a dès lors pu dresser plusieurs constats.

- Portrait des flux de CRD au Québec : du gisement aux débouchés

Au Canada, environ le tiers des matières résiduelles enfouies provient du secteur de la Construction, Rénovation et Démolition (CRD). Il existe actuellement des débouchés pour pour certains CRD tels les résidus issus des travaux de voirie, l’enrobé bitumineux et le métal, dont l’homogénéité facilite le recyclage. Mais qu’en est-il des bâtiments qui comportent une grande variété de matériaux difficiles à séparer les uns des autres ? Quelles sont les limitations des opérations de tri qui sont faites sur ces résidus de CRD provenant des bâtiments ? Quelle autre alternative est disponible quand la valorisation énergétique du bois traité et panneaux de particules est limitée par des contraintes environnementales ? Comment recycler le gypse ? Que peut-on faire des 481 000 t de fraction fine générées annuellement quand le recouvrement journalier n’est plus une option ? Cette présentation est réalisée conjointement avec RECYC-QUÉBEC et tente donc de répondre à ces questions.