Conférences
27 mars
à 08H30 | 518 A

« Biodiversifier » la lutte aux changements climatiques

Modéré par : Jérôme Spaggiari, Atelier Phusis
Adaptation aux changements climatiques
array(3) {
  [0]=>
  object(WP_Post)#2140 (24) {
    ["ID"]=>
    int(2414)
    ["post_author"]=>
    string(1) "8"
    ["post_date"]=>
    string(19) "2018-11-16 09:20:33"
    ["post_date_gmt"]=>
    string(19) "2018-11-16 14:20:33"
    ["post_content"]=>
    string(1041) "Le développement urbain exerce une pression grandissante sur la viabilité des milieux naturels et compromet directement la qualité des milieux de vie. Plusieurs problèmes liés aux phénomènes d’îlots de chaleur urbain, à la gestion des eaux pluviales ainsi qu’à la perte de biodiversité et de services écosystémiques, pour ne nommer que ceux-ci, en témoignent. Or, le déploiement de stratégies comme celles liées au verdissement se multiplient afin d’atténuer les effets négatifs occasionnés par ces problèmes.

Le but de cette conférence est de démontrer comment la végétalisation du bâtiment figure parmi les solutions durables répondant aux grands enjeux environnementaux et socioéconomiques des collectivités d’aujourd’hui et de demain. C’est donc dans un esprit d’ouverture à la collaboration que deux passionnés des phytotechnologies s'unissent pour effectuer une présentation intégrale conjuguant l’étude globale des retombées et l’application pratique de ces moyens structurants."
    ["post_title"]=>
    string(111) "- Végétaliser nos bâtiments pour le développement durable de l’environnement urbain et des collectivités"
    ["post_excerpt"]=>
    string(0) ""
    ["post_status"]=>
    string(7) "publish"
    ["comment_status"]=>
    string(6) "closed"
    ["ping_status"]=>
    string(4) "open"
    ["post_password"]=>
    string(0) ""
    ["post_name"]=>
    string(101) "vegetaliser-nos-batiments-pour-le-developpement-durable-de-lenvironnement-urbain-et-des-collectivites"
    ["to_ping"]=>
    string(0) ""
    ["pinged"]=>
    string(0) ""
    ["post_modified"]=>
    string(19) "2019-03-22 10:51:38"
    ["post_modified_gmt"]=>
    string(19) "2019-03-22 15:51:38"
    ["post_content_filtered"]=>
    string(0) ""
    ["post_parent"]=>
    int(0)
    ["guid"]=>
    string(56) "https://americana.org/?post_type=conferences&p=2414"
    ["menu_order"]=>
    int(0)
    ["post_type"]=>
    string(11) "conferences"
    ["post_mime_type"]=>
    string(0) ""
    ["comment_count"]=>
    string(1) "0"
    ["filter"]=>
    string(3) "raw"
  }
  [1]=>
  object(WP_Post)#3095 (24) {
    ["ID"]=>
    int(2542)
    ["post_author"]=>
    string(1) "8"
    ["post_date"]=>
    string(19) "2018-11-16 10:07:04"
    ["post_date_gmt"]=>
    string(19) "2018-11-16 15:07:04"
    ["post_content"]=>
    string(1040) "Les techniques actuelles de revégétalisation de sites perturbés, pourtant légales, ne fournissent pas les scénarios de séquestration de carbone atmosphérique les plus efficaces. La revégétalisation avec des plantes ligneuses des sites perturbés par l’humain est d’une importance mondiale afin d’augmenter les puits de carbone grâce au mécanisme de photosynthèse ainsi que la symbiose actinorhizienne racinaire pour la reconstruction d’un humus forestier fertile. Ainsi, une technologie pouvant restaurer la fertilité d’un sol hostile et contaminé ainsi qu’établir la succession écologique végétale est indispensable pour répondre à ce besoin. Au Canada et ailleurs dans le monde, cette technologie a comme mission d’apporter une solution globale et évolutive pour gérer et régler les défis découlant des besoins dans la plantation en milieu hostile, générer des crédits carbone provenant des plantations et contrer les effets des changements climatiques grâce au domaine de la revégétalisation."
    ["post_title"]=>
    string(119) "- La revégétalisation de sites hostiles par la microbiologie environnementale en réponse aux changements climatiques"
    ["post_excerpt"]=>
    string(0) ""
    ["post_status"]=>
    string(7) "publish"
    ["comment_status"]=>
    string(6) "closed"
    ["ping_status"]=>
    string(4) "open"
    ["post_password"]=>
    string(0) ""
    ["post_name"]=>
    string(114) "la-revegetalisation-de-sites-hostiles-par-la-microbiologie-environnementale-en-reponse-aux-changements-climatiques"
    ["to_ping"]=>
    string(0) ""
    ["pinged"]=>
    string(0) ""
    ["post_modified"]=>
    string(19) "2019-01-27 19:12:30"
    ["post_modified_gmt"]=>
    string(19) "2019-01-28 00:12:30"
    ["post_content_filtered"]=>
    string(0) ""
    ["post_parent"]=>
    int(0)
    ["guid"]=>
    string(56) "https://americana.org/?post_type=conferences&p=2542"
    ["menu_order"]=>
    int(0)
    ["post_type"]=>
    string(11) "conferences"
    ["post_mime_type"]=>
    string(0) ""
    ["comment_count"]=>
    string(1) "0"
    ["filter"]=>
    string(3) "raw"
  }
  [2]=>
  object(WP_Post)#3082 (24) {
    ["ID"]=>
    int(5763)
    ["post_author"]=>
    string(1) "8"
    ["post_date"]=>
    string(19) "2019-02-10 16:53:32"
    ["post_date_gmt"]=>
    string(19) "2019-02-10 21:53:32"
    ["post_content"]=>
    string(1007) "L’érosion des berges et les inondations sont des phénomènes naturels qui pourraient s’accroître en raison des changements climatiques. En zones riveraines, pour protéger les infrastructures ou pour des fins agricoles, des solutions d’ingénierie dites « dures », comme l’enrochement des berges ou la construction de digues, sont souvent employées et maintenues à grands frais. Au sein du milieu académique, comme parmi les gestionnaires, l’idée de s’éloigner de ce type de solutions pour laisser plus de place aux cours d’eau s’impose de plus en plus. Ce nouveau type d’approche, qui vise à rétablir les processus naturels des cours d’eau plutôt que de tenter de les contrer, permet une gestion plus durable des territoires riverains, tant en termes de sécurité publique que pour la biodiversité. Des études de cas illustrant cette vision, ainsi que le travail effectué au Québec pour cartographier cet « espace de liberté » des cours d’eau, seront présentés."
    ["post_title"]=>
    string(94) "- L’espace de liberté des rivières comme mesure d’adaptation aux changements climatiques"
    ["post_excerpt"]=>
    string(0) ""
    ["post_status"]=>
    string(7) "publish"
    ["comment_status"]=>
    string(6) "closed"
    ["ping_status"]=>
    string(4) "open"
    ["post_password"]=>
    string(0) ""
    ["post_name"]=>
    string(84) "lespace-de-liberte-des-rivieres-comme-mesure-dadaptation-aux-changements-climatiques"
    ["to_ping"]=>
    string(0) ""
    ["pinged"]=>
    string(0) ""
    ["post_modified"]=>
    string(19) "2019-02-10 16:53:32"
    ["post_modified_gmt"]=>
    string(19) "2019-02-10 21:53:32"
    ["post_content_filtered"]=>
    string(0) ""
    ["post_parent"]=>
    int(0)
    ["guid"]=>
    string(56) "https://americana.org/?post_type=conferences&p=5763"
    ["menu_order"]=>
    int(0)
    ["post_type"]=>
    string(11) "conferences"
    ["post_mime_type"]=>
    string(0) ""
    ["comment_count"]=>
    string(1) "0"
    ["filter"]=>
    string(3) "raw"
  }
}

- Végétaliser nos bâtiments pour le développement durable de l’environnement urbain et des collectivités

Le développement urbain exerce une pression grandissante sur la viabilité des milieux naturels et compromet directement la qualité des milieux de vie. Plusieurs problèmes liés aux phénomènes d’îlots de chaleur urbain, à la gestion des eaux pluviales ainsi qu’à la perte de biodiversité et de services écosystémiques, pour ne nommer que ceux-ci, en témoignent. Or, le déploiement de stratégies comme celles liées au verdissement se multiplient afin d’atténuer les effets négatifs occasionnés par ces problèmes.Le but de cette conférence est de démontrer comment la végétalisation du bâtiment figure parmi les solutions durables répondant aux grands enjeux environnementaux et socioéconomiques des collectivités d’aujourd’hui et de demain. C’est donc dans un esprit d’ouverture à la collaboration que deux passionnés des phytotechnologies s'unissent pour effectuer une présentation intégrale conjuguant l’étude globale des retombées et l’application pratique de ces moyens structurants.

- La revégétalisation de sites hostiles par la microbiologie environnementale en réponse aux changements climatiques

Les techniques actuelles de revégétalisation de sites perturbés, pourtant légales, ne fournissent pas les scénarios de séquestration de carbone atmosphérique les plus efficaces. La revégétalisation avec des plantes ligneuses des sites perturbés par l’humain est d’une importance mondiale afin d’augmenter les puits de carbone grâce au mécanisme de photosynthèse ainsi que la symbiose actinorhizienne racinaire pour la reconstruction d’un humus forestier fertile. Ainsi, une technologie pouvant restaurer la fertilité d’un sol hostile et contaminé ainsi qu’établir la succession écologique végétale est indispensable pour répondre à ce besoin. Au Canada et ailleurs dans le monde, cette technologie a comme mission d’apporter une solution globale et évolutive pour gérer et régler les défis découlant des besoins dans la plantation en milieu hostile, générer des crédits carbone provenant des plantations et contrer les effets des changements climatiques grâce au domaine de la revégétalisation.

- L’espace de liberté des rivières comme mesure d’adaptation aux changements climatiques

L’érosion des berges et les inondations sont des phénomènes naturels qui pourraient s’accroître en raison des changements climatiques. En zones riveraines, pour protéger les infrastructures ou pour des fins agricoles, des solutions d’ingénierie dites « dures », comme l’enrochement des berges ou la construction de digues, sont souvent employées et maintenues à grands frais. Au sein du milieu académique, comme parmi les gestionnaires, l’idée de s’éloigner de ce type de solutions pour laisser plus de place aux cours d’eau s’impose de plus en plus. Ce nouveau type d’approche, qui vise à rétablir les processus naturels des cours d’eau plutôt que de tenter de les contrer, permet une gestion plus durable des territoires riverains, tant en termes de sécurité publique que pour la biodiversité. Des études de cas illustrant cette vision, ainsi que le travail effectué au Québec pour cartographier cet « espace de liberté » des cours d’eau, seront présentés.